En 1976, les cinq communes de la ville de Comines-Warneton, enclave wallonne qui parle "chti", coincée entre la France et la Flandre, se sont vu contraintes de fusionner... en une seule entité communale.

Quelle affaire !

Se souvient-on de l'esprit de clocher qui a animé les villages et les tractations politiques qui ont précédé la décision gouvernementale.
Cette pièce vous emportera dans une fiction (loufoque) qui…, 40 ans plus tard,  aurait bien fait de se réaliser dans notre Belgique trop déglinguée !


Ce n'est qu'imaginaire et…  C'est seulement pour rire

Le rideau se lève maintenant !  

une comédie historico-caricaturale en 5 actes, 

écrite en patois chti par Michel De Witte


Le "Bistrot du Mitan" (c'est son enseigne), se situe quelque part, à Comines-Warneton. Où ? A vous de l'imaginer ! C'est aussi le lieu privilégié pour s'informer des nouvelles en politique, pour écouter les derniers potins sportifs ou les ragots des commères ! 

L'histoire se passe en 1975, alors que le grand Comines n'existait pas encore !

DISTRIBUTION :
Julot Dugheer : Mountche de coeur, habillé en Freutche, mari de Simone
Yvette : patronne du "Bistrot du Mitan",
Baptiste Dunonet : Ploegsteertois, pingre, habillé en Briquetier
Simone Dugheer : épouse de Julot, autoritaire, casse-pied et le verbe haut
Louis Degardedieu : Bas-Warnetonois, un gars posé et dynamique
Ernest Dhoutem : Houthemois, comitard du club local de foot-ball
Franky : fils d'Ernest, foot-balleur du même club, timide
Chantal : la fille de Julot et Simone, jolie, aticheuse, serviable
Roger Lekkerbek : un spectateur flamand, incognito, assis parmi le public.




ACTE 1      

SCÈNE 1

(La scène se déroule dans un bistrot ordinaire : un comptoir, quelques tables, un jeu de fléchettes.
Julot est appuyé au zinc. Baptiste et Louis, assis à une table, jouent aux dés)

Julot (fredonne l'air des Mountches, puis...) : Donne mi incor un verre, va, Yvette... avant qu' cha r'comminche !
Yvette : Tins, le v’là  ! Dis Julot,  te pinss' pas qu'te comminches à n'd' avôr assez ! (Elle donne, il boit)
Julot : Incor un, Yvette,... avant qu' ça r'comminche ! (Il boit d'un trait)
Baptiste : Dis, Julot, Te dis toudis "Avant qu'ça r'comminche, avant qu'ça r'comminche "... mais quo qu'ch'est qui va bintôt r'comminchi ?
Au même moment, la porte d'entrée s'ouvre brutalement, apparaît Simone, l'épouse de Julot, qui hurle
Simone : Julot !....
Julot : (gémissant) Ca y est... Cha r'comminche !


Simone : Ar'tourne à l'majon ! (Titubant, Julot quitte avec sa femme, furieuse)
Baptiste : Bin, mi j'voudro pas êtr' à s'plache ! Ein femm' parell" I dô suremint rin avôr à dire à s'majon.
Louis : Te sais, Baptiste, ch'est tout partout pare'll. Ti non pu, t'as rin à dire à t'majon. Te viens faire l'malin, ichi, mais mi, j'connos assez t'femme pour savôr qu' aussi grand qu' t'es, te n' d' as inne frousse bleue... Juste l’ même, comme Julot !
Yvette : A ce qui parait, quand qu'y a des noces d'or dins l'commune, l'Bourguemait i deminde toudi : "Qui qu'ch'est qui "porte l' maronne" din l'ménache ?", pour savôr à qui qui dôt donner l'enveloppe avec les sous. Et ch'est toudi l'feimme !
Baptiste : Pff... pour chin qui donn'nt, à l'commune ! Quand qu’in a payé l’ tournée à tous les invités après l'réception, i n'in reste pu ! Ch'est pô vrai ? Yvette ??
Yvette : Cha va aller, ouais Baptiste, dis incore que j' m'inrichis su' l' dos de l'commune !
Louis : Dis, en parlant de l'commune ! Mi, j' m'deminde bin commint cha va aller avec ces fusions. In d' in parl'nt tellemint à l' télévision !
Yvette : Mais, Louis, avec quo qu'te t'imbêtes ? Nous, in fait pas d'politique ichi ! Ichi, ch'est l' bistrot du Mitan, et i dô rester in dehors de tout cha !
Louis : Ecoute Yvette, n'oublie jomais cha : si te t'intéresses pas à l'politique,... l'politique, elle, elle va s'intéresser à ti !...
"Avec quô que j'm'imbêtes ?... Avec quô que j'm'imbêtes ?"  J’voudros bin savôr pourquô qui veul’nt ramener les 2739 communes de Belgique à 589 grandes communes fusionnées pour l’ 1er janvier 1977 ?
Yvette : Et tout cha, cha va servir à quô, hein ??? A payer incor' puqu' d'impôts ?
Baptiste : Bin, d'après mi, cha va couter moins tchir ! Moinss' d'bourguemait', moinss' d'échevins, moins d'pompi, moins d'ouvriï de l'commune,... moins d' tout, quo ! Mais, surmint pas moinss' d'impôt !
Louis :.Si, si, cha aussi !... Ch'est chin qui dis'nt ! Déjà qu'i a pas assez d'monde pour pour faire l' police ou bal'yer les rucho dans les rues, cha va sûremint aller mi !
Eh bin, ti, Baptiste, t' es bin d' Plostère, quô qui ditst'nt les gins, din tin coin, là-bas... les Briqu'teux" ! I veul'nt fusioner ou i veul'nt pas ?
  Baptiste : Bin mi, te vô, Si cha n' tenô qu'à mi, mi j'trouv' qu'in d'vro arvenir comme din l' temps ! Avant, Plostère, i dépindô d'Warneton... et si in dô s'marii avec inne aut' commune, cha dô êtr' avec Warneton.  Déjà qu'entre les Bizéto et les Plousterto, cha va pas trop bin insonne... Faut pas compliquer les chosses !... Et surtout pô gaspiller nos sous !
Yvette : Attintion à chin qu'te dis, hein, Baptiste, pache qui mi, j'sus née au Bizet...   Te connô l’Monumint aux Morts ? Et quo qui dit, l' monumint ?  “Allez tous au Bizet !”
Baptiste : Ecoute, Yvette, te vas pas nous casser les orelles et nous endeuver avec cha. Louis y a d'mindé m'n idée... j' l'y ai dit !  "Allez tous au Bizet" qu'elle dit : Viens, Louis, in y va n'in bôor inne autr' la-bas ! 
Louis : Baptiste, te dôs po t'énerver comme cha. In est si bin ichi. I fait ckaud,. L'bière, elle mousse bin et, t’as le sourire de l’ Patronne quand qu’elle est bin lunée. 
Cha fait, comme cha, que l' Plostère y veut aller avec Warneton... Et l'Hôtel de ville ? D'où qu'te vas l' mett' ?
Baptiste : Bin, quelle question ! A Plostère, cha ch'est sûr ! Y a plus  d'habitants !
Louis : Cha ?... J'crô pô qu' t'auras raison ! Te connô pô les Mountches !
Baptiste : Mais, ti Louis,  t'es d' Bas-Warneton, quand même ?
Louis : Ouais ! Et alors ?
Baptiste : Te veux aussi aller avec Warneton ?
Louis : Non  !  Et alors... ?
Baptiste : Bin, avec qui alors ?
Louis : Les  Coménos !
Baptiste : Avec Comines ???
Louis : Ouais, et alors !
Baptiste : Et pourquô cha ?
Louis : Parche que ch'est comme cha !


Baptiste : Bin, ouais. J'pinse que t'as raison. D'ailleurs, si Bas--Warneton y veut aussi aller avec Warneton.... T'imagine inne fô l'distance qui va  avôr intre L' Bizet et l' Mai-cornet, te vô pas l'trotte, ti ! Cha s'rô beaucoup trop long pou les balayeux et les poubelleux. Nous z'aut', au Ploustère, in a déjà les sacs-poubelles in plastic, mais pas vous aut'... Bas-Warneton y jette incor toudi les bacs à ordures dins un bennô tiré avec un g'va ? Et en pucque de cha, deux clubs de foot dins une même commune, ch'est jomais bon, cha !
Non, non, i vaut mi pour Bas-Warneton qui va à Comines.
Louis : Et Houthem.... quo ch'est qu'in va faire d’Houthem ?
Baptiste : Bin mi, j'en sais rin ! A qui in pourrot l'deminder ?
Yvette : Machin i sait ça....
Louis : Machin, qui cha ? Machin ?
Patronne : Machin, chti là qui s'occupe du foot-ball, allez, commint i s'appelle incore ??? Ernest


SCÈNE 2
(Ernest entre avec son fils Franky qui va jouer aux fléchettes )
Louis : Ah, Ernest... Tin, le vla justemint ! In parlo d'ti ! Assis-te ! Quô qu' te bô ?
Ernest : Mi ? Comme vous-zautes !
Louis : Yvette, t'en r'mets inne', ichi
Patronne : Louis, te paies à'c't'heure ou j'dô l' martchi sur t'n ardooss ?
(Yvette va servir et inscrit le compte sur l'ardoise qui pend au mur)
Ernest : Et quô qu'te dijô d'mi ? Du bien, au moinss' ?
Louis : Non, in dijô et in s'demindo quo qu'ché qui vont faire les Houthemos, avec les fusions d'communes ?
Ernest : Les fusions d'communes ? Bof, j'sais pas mô ! Tel que j'conno l'bourguemait'... i va suremint s'laichi faire ! Avec Comines, surmint ! Et puis, avec qui qu'te veux qu'in va ? In va quand même pas aller avec les Flaminds ! Te nous vô ? Avec Zandvorte ou Hollebeque ? Pour mô, les politiques, i font tout chin qui veul'nt... Du momint qui touch'nt pas à not’ foot-ball !
Louis : En v'là incôr un qui s'intéresse pô à l'politique ! Mais... te vas vir tous les russes que te va avôr avec tin foot-ball ! Les politiques d' Comines y vont t'faire danser !...
Baptiste : T'as beaucoup d'sous dins t'caisse, à tin club du foot-ball ?
Ernest : Cha va, in peut dire qu'in d'a assez pour juer jusqu'à l' fin de l'saison... et pour former des jeunes... comme min garchon, ichi, hein...Franky ! Ah, I jue bin et i sait tout faire... Ch'est un, comme in dit :  libéro !
Louis : Y est chez les Libéraux, avec Chantal ?
Franky : Chantal ? Qui ch'est celle-là ?... mais, Papa, te frô mi d' dire qu'in dô toudi juer sur un terrain plein de berdoulle ! … Mais j'y pinse….J'ai oublié d'mettr' mes protèche-tibia dins min sac !  J'vais les chercher !   
(Il sort en courant et en oubliant son sac)


Baptiste : Ah bin, avec Comines, cha va êt' fini tout cha ! Tous tes beaux sous, te d'vras les donner à Comines. Enfin, i vont v'nir les prind'! Y parait qu'à Comines, i sont dins la dèche jusque là (geste de la main au-dessus de la tête) d'pus qui z'ont construit cette grosse Maison de l' Culture ! I n'in vot'nt pas l' bout d'leu' dettes ! Un "gouffre", à c'qu'i paraît !
Ernest : Ouais...et d'vant c'grand bazar en béton, ch'est vrai qu' y a de l'plache pour faire un terrain de foot ! D'là qu'i dis'nt qu'in dô tous aller juer à Comines ! Mais cha, cha va pas s'passer comme cha ! Rotteverdomme non !
Baptiste : Bin, mi j'dis que c'grand blockhaus, y a coûté gramint trop d' sous ! Et l' pire de tout, ch'est qu'y a même pas une brique en' din ! Te peux bin crôre qu' les Briqu'teux d'Plostère y sont pas contints ! Et ch'est aussi pour cha qu' nous-aut', in veut pô fusionner avec Comines !
Louis : "Si t'es d'ichi, acate ichi", qui s'écrivot'nt dans l'Vrai Canton. Mais ch'est comme cha tout partout, des grands dijeux et des p'tits fejeux ! Du momint qu'i z'arriv'nt à l'assi'tte au burre ! Allez à not' santé !
(Un ange passe... ils boivent)

Louis : Au fait, Et quô qu'ché qu'Warneton, i veut faire, li ?
Baptiste : Bin, t'l'aurôs d'mindé à Julot... I vient de partir ! Y est d'Warneton, li ! T'li aurô payé un verre à s'feimme quand qu'elle intrô, cha n'aurô p't-êt' pas r'comminchi. Et y s'rôt'nt incor ichi !
Louis : Et ti, Patronne, t'as jamais rin intindu ichi, din tin bristot ?
Yvette : Mi, j'ai pu rin à dire,... Et puis, j'dôs m' taire....Même que j'devros êtr' tenue par l' secret professionnel, mais, j'ai entendu (elle s'approche confidentiellement) l'aut' fô, ch'étot après un Consell' Communal, i sont tertouss venus ichi pour faire inne deuxième réunion... entr'eusse... " à huis clos", comme y dist'nt.
Louis : Ah ouais ? Et quo qui z'ont dit ?
Yvette : Ah, mi, j'sais pas... Mi j'écoute pas. Et puis, pour inne bonne cabarétière, cha s'fait pas. J'ai servi les tournées, les unes après les autes. I z'étot'nt tous à babili l'un pu fort que l'aut', mais p'incor "brin de zing". (Elle s'approche et dit confidentiellement) J'ai entendu, comme cha, quand j'servô entre les taf', que l'Bourguemait d'Warneton y a peur...
Baptiste : Y a peur ? Peur de quô ?
Yvette : I dijot, comme cha, qu'in d'vrô pas ar'venir au timps passé. Si en 1850, après bin des disputes et des querelles d' clotchi, si l' petit village d'cinsis d'Ploustère y a voulu s' séparer d'Warneton... et avôr s'n indépendance... I peut pu r'venir avec les Mountches ! "Qu'y s'démerd'nt" qu'y z'ont dit !
Baptiste : Pourtant, mi j'pinse, comme je l'dijot t'alleur, cha s'rô bin ! A Warneton, y aurô les gins "de la ville" et ceusse de l'Jatte.. et à Ploustère y aurô les cinsis et ceusse de l'briqu'trie !
Louis : A Warneton aussi y a des briqu'tries... et inne tannerie !
Baptiste : Ch'est qu'inne manière de parler ! Continue, Patronne. Quo qu'i z'ont incore dit ?



Yvette : J'sais pas mi ! J'ai pas l'drôt d'écouter chin qu'les clients y racon'tent et j'ai incore moinsse l'drôt de l'raconter !
Louis : Ecoute, Patronne, si qu'te l' dis à nous-aut', tu peux n' êt' sûur, cha va rester entre nous ! Y a pas inne parole qui va sortir d'ichi !
Baptiste : Alleei, Yvette, Quo qu'i z'ont incore radoté ? Fais pas l'innochin !
Yvette : (elle revient confidentiellement) Bref, Warneton, ch'est pas avec Plostère qui veut fusionner, mais avec...Vous n'allez pas m' crôr ! Mais avec... Bas-Warneton !
Louis et Baptiste : Hein ?
Ernest : Quô "Hein" ? Y a inne séquo qui va pas ?
Louis : Bin, Ernest ! T'est dur de comprenure... Mais te vas comprind tout-d'sute !
L'patronne, elle vint d'explitchi qu' Warneton y veut pô fusionner avec Ploustère malgré qu' li, y voudrô bin ! Non, i veut fusionner avec Bas-Warneton qu'li, y n'veut pon !
Ernest : J'comprind pô !
Baptiste : Ch'est comme si qu'tin garchon y voudrot s'marier avec ène fill' qui a connu quand qui s'étot'nt petits et qu'mai'tnint, cette fill', elle est amoureusse d'un aut' homme qui est déjà marié et que s’feimme, à ch’t homme,  elle veut pon divorcer ! T'as compris ?
Ernest : Ah ouais, là, j'ai compris ! Ouais, ouais... j'ai bin compris. J'sus pas un Béor, mi, sais-t' !!
Louis : Ah bin, si l'situation des fusions elle est comme cha ! In est bin parti ! Cha, ch'est comme in dit : "La quadrature du cercle".
Yvette : "Le Cercle !" Cha m'revient, à c't heure... Même qui z'ont dit : "Avec les Comino, tout y va s'faire au Cercle catholique. Avec les Plousterto, tout y va s'faire à Maison du Peup' ! Tandis qu'avec Bas-Warneton... Warneton y pourra toudis aller faire ses fêtes au Poulali ! 
Louis : Ah, ch'est comme cha.! Bin mi, j'sais c' qui m' reste à faire. Patronne, est-ce que j'peux téléphoner ?


SCÈNE 3
(Louis va au téléphone, sur le comptoir, fait un numéro et... attend la communication en silence. Aussitôt, dans la salle, un GSM se met à tinter. Tout le monde se regarde. La patronne s'adresse au spectateur concerné au milieu de la salle)
Yvette (fâchée) : Qui est-ce qui a oublié d'éteindre son téléphone portable ? (Le GSM sonne toujours) C'est vous, ? Monsieur ? Vous n'avez pas lu la petite recommandation à l'entrée : "Eteignez les GSM, svp !" Non ? Comprenez pas le français ? Non ? Doit-on vous le dire en flamand, Monsieur ? Apportez-moi votre portable !!
Le spectateur (qui va parler sur un horrible accent flamand) : Mais, Madame, esscusez-vous, mais...
Yvette : Y a pas de "mais, madame..." Venez-ici et donnez-moi votre téléphone. Ici, c'est moi la patronne. C'est moi qui commande. Confisqué ! (Elle tend la main pour recevoir)
Le spectateur (se lève et va le donner) : Als je blieft !
Yvette : Dank U ! (Elle se rend compte d'avoir répondu en flamand) Potfordèke, vla qu'j'ai répondu en flamind, à cet'heure. Comme cha, MONsieur, vient d' Flandre !
Le spectateur : Yoak, Madame, ik kom van Kemmel en 'k heb spittig m'n GSM vergïeten te slutten !
Yvette : Ichi, M'sieur, te dô po radoter en flamind... Ichi, in parle comme ichi, Mais, j' voudrô bin essayii d' parler flamind... Mais, dès qu'in comminche à baraguouiner inne séquo, les gins y commich'nt à t'raviser d'travers!
Louis : (en appartée à  Yvette) : Ch' t'un espion ?
Le spectateur : Woak essst ?
Yvette : I d'minde si vous êtes un espion ?
Le spectateur : un... wat ?
Yvette : I m' d'minde quo qu'ch'est que vous êtes venu faire, ichi dins c' théâte, si vous n'comprenez pas l' patô !
Le spectateur : Ze va te dire, Madame, mais... c'est bête ! Par de chez nous, à le Mont de Kemmel, nous faisons aussi de la théâtre... mais en "platt' vloams" et c'est très comique, zulle,... et les gens rigolent, mais qui rigolent qui peuvent plus se retenir ! Et moi, j'aime ça aussi. Je comprend auchi le francophone alors, je viens ici aussi pour mon plezier !
Louis : I vint ichi pour sin plaiji ! Vla cha à ct’heure. Un Flamind qui prétind parler Chti.  In aura tout vu, ichi, sais-t’
Baptiste : Bin ouais, pourquô pas ? C't homme i peut pas v'nir voir not' théât' ?  Si ça li fait plaiji ! Te sais, not' patô, in l'a vite avec, sais-t' ! Même pour un Flamind !
Ernest : Comme cha, vous venez d'Kemmel ! Y a du Foot-ball à Kemmel ! J' les connô, les zouaves, tous des Béor  !
Le spectateur : Ah wel, c'est un bon équipe, zulle !
Ernest : Des trickeux, ouais ! Vous vous in rappelez pu vous, hein, mais, quand qu'Houthem y juoôt dans l'championnat du Westhoek et qu'in a dû juer contre Kemmel... Vous savez ce qui z'ont fait, à Kemmel, y z'ont été cherché ch' béor un gardien de Bruges pour mettr' dans les buts.  In a perdu... 8 – 0 Et incore... In avô quand même mis un but mais l'arbit', il l’ a annulé  : y avô vu un hors jeu, ch'Béor !
Le spectateur : Ja ma, ja ma, mais quand c'est sifflé “Hors jeu”, c’est “hors jeu”, zulle !



Ernest : Ouais, ouais ! Mais vous avez toujours eu les arbit' avec vous-autes ! Ch'est  simple, aussi bin pour l'Jespo que pour Houthem, les arbit' y chifflot'nt  toudi cont' nous-autes, avec des cartons gaunes ou rouches, pas croyab' ! Par contre, pour vous-aut', les équipes "flamandes", ch'étot toudi bon, y avot jomais d"faute" ; y faisot'ent comme cha avec leu' bras, "spelen spelen" – "Juez, juez, qu'cha veut dire en français !
Le spectateur : Luster... les "scheidsrechters", ça sifflent toujours neutre ! 
Baptiste : "Siffler neutre"... avec une enveloppe au vestiaire !
Louis : Dis, Ernest, ti qui les connos, demande-li inne fô si, du côté des Flamind, i s'imbêtent gramin avec les fusions des communes ?
Ernest : A propos, Monsieur..., commint qu'cha va en Flandre avec les fusions de communes ?
Le spectateur : Les quoi ??
Ernest : Bin, les regroupemints des villes et des villaches. Commint qu'in dit cha incor en flamind : les "gementenfusies"
Le spectateur : Amaï,.... Tout le monde veut faire à son manière ! Nieuwkarke y veut tout avoir ! Westouter y veut rester tout seul avec Kemmel ; Dranouter y voudrait bien aller avec Loker, et Mesen, lui, comme c'est un ville bilingue, y a personne qui veut aller avec Miésen pour pas avoir le difficulté avec le facilité linguistique !
Louis : Et nous-aut, qu'est ce qu'in dôt dire, alors ? Y a d'jà belle lurette qu' in les a aussi tous ces immerdemints !
Le spectateur :  Mechieu, je va te dire un secret, mais ne dis pas à personne : 'il y a une petite groupe de Belangrijke Vlamingen qui veulent récupérer tout ce beau petit et vrai canton qui parle franchais pour le faire revenir dans la West-Vlaanderen !


  
Baptiste : Ouais, Ouais, in les connôt ceux-là. Un coup d'pi au tchu qui vont attraper si i ar'venn'nt !
Louis (étonné avec les autres) : M'sieur, Ecoutez bin, in dôt s'excuser, M'sieur, J’ ai pinsé que vous étiez un espion. Mais... non, à vous intende parler comme cha, sincèr'mint, vous êtes putôt un bon p'tit Belge, avec inne aut’ culture, ch'est vrai !   Mais j' pinse qu'in est fait pour s'intind' quand même ! In va s'présenter ! Ch'est comment vot' nom ? In va s’présenter ?
Le spectateur : Roger,...Roger Lekkerbek 
Yvette : Vous n’êtes pas de l’ famille avec chti qui vindô de l’ soupe ?
Le spectateur (= Roger) : Bin ouais !  C’était mon père. Et moi, je sonnais à la cloche de le camionnette !
Louis (se levant) : Mi, j’min rappelle, in dijot toudi : “Vla Lekkerbek avec euss' soupe”. Mi, ch’est Louis Degardedieu !
Roger : Aangenaam, Meuchieu Denomdedieu !
Baptiste (idem) : Baptiste Dunonet, bienvenu au Mitan, Roger !
Roger : Aangenaam, Meuchieu Dubonnet !
Ernest (idem) : Ernest Dhoutem. Enchanté !
Roger : Aangenaam, Mijnheeer Van Houtem !
Louis : Qu'est-ce qu'in peut vous offrir, Roger ?
Roger : Le même que toi ! 
(Elle vient servir à table)
Roger : Alléi, Gezondheid !.... En franchais, il faut dire "Santé, zulle"
Louis, Baptiste, Ernest : Ch'est cha, Santé ! "Sentez-le vous-même" qu'in dit aussi !
Roger : Ah, le bière... Il parait que dins c'coin par ichi, on fabriquait du bonne bière ! Du Pisse d'Or !
Baptiste : Commint qu’ te dis cha ?
Roger : Du Pisse d'Or ! (Tout le monde rit)
Baptiste : Ah, Ah, pas du pisse d'or.... de l'Pils d'Or ! Ch'tô à mou Vanuxem ! A Plostère ! I parait qu'cettte bière, elle étot tellement,... tellemint.... commint qu'in dit : "diéyuryétique"...
Yvette : "Diurétique"
Baptiste : Ch'est cha, "duérétique" !  ah bin.... Chette Pils d’Or, quand que t'en buvô eine... te d'vô n'in pichi trô !
Ernest : Ouais, bin, à Comines... i font aussi du Picon. Du Picon d'Comines. Roger, t'as d'jà bu du Picon d'Comines. (air dégouté) Ch'est amer....
Louis : Amer ?  ,... te l'bô pur, ti , Ernest ? Mais te dos rajouter du vin blanc, gros béta !  Et avec une p'tite goutte d' machin...
Yvette : ...du Kirch !
Louis : Et alors ch'est bon ! Quand qu'te bô ch't' Amer Comines, in dirôt un ange qui piche din tin gosi !
Roger : C'est peut-être pour ça qu'on dit chez nous : du Pisse d'Or !  A Kemmel, c’est   du Hommelbier qu'on boit. C’est pas de tout comme ces autres bières : Queue de Charrue, Baptiste, Freutche, Mountche, La Poste !
Ernest : Ecoute Roger, nous, in 'n sait pas quo qu'ché que te bô d'habitude, là-bas, du côté des Monts de Flandres, mais i z'ont encore beaucoup à apprind', que j'vô. (il termine son verre d'un coup) Bon, ch'est pas tout cha... mi, j'do incor aller mettr' les filets et tracer les lines au foutbale. J'm'in va. Te viens, Franky ? Alléi, salut la compagnie !



SCÈNE 4

Roger : Amaï, il est pressé, le monchieu ?
Louis : Ch'est comme cha, ichi, cha rinte, cha sort ! Les gins, i venn'nt au cabaret, pas pach' qui z'ont sô, mais pour vir les copains, pour intind les nouvelles ! Et puis, s'fèimme, elle dô toudi  buer les maillots du foot ! Et sin garchon,  I dô l' su'vr' tout partout... pour li trouver ein femm’... mais, j'pinse que ch'est l'père qui cache pour li !
Yvette : Là, Louis, t'exagères ! T'es là qu'te rigoles avec les copains et quand qu'i sont à peine partis, vlà qu' te casses du chuck su' leu' dos ! Ti, t'es célibataire... Alors, avant d'parler des femmes des z'aut'... trouve-z-en ène pour ti !
Roger (au public) : Verdoeme, qu'est-ce que je fais, ici ? Pourquoi que j'ai venu ici dans ce café ?
Baptiste : Ch'est ti qui est rintré ichi, nous in t'a pas mis déhors. De fô que t'avais envie d'payer  une tournée !
Louis : Non... Roger ! T'es ichi, pache t'es v'nu au théâtr' pour vôr ène belle piche in patô ! Mais, ichi, c’qu’in jue su' ces planckes, ch'est pas de l'comédie... Ch'est tout en vrai ! Hein ouais, Yvette ! 
Yvette : Absolumint... La preuve : ravisse, Roger... Te m'as même donné tin téléphone ultra moderne sans fil (elle le rend – et s'avance à l'avant scène) et tous ces gins-là, i z'ont fait comme ti, i sont v'nu au théat'... ! L'public... ch'est eusse, et ch'est l'public qui soutient l' théâtr' !


 Maintenint, Monsieur Lekkerbek, si vous avez bien éteint votre GSM, vous pouvez retourner à votre place... Vous ne nous avez pas dérangés... la pièce, elle peut continuer là où nous avions été interrompus ! Voilà, au-revoir Roger et merci de votre visite !
Tous : Au revoir, Roger !
Baptiste : Final'mint, chez les Flaminds, y n' d'a incor des bravv'  !



SCÈNE 5

(Sur le comptoir, le téléphone sonne)
Yvette : Allo, ichi, l'Bistro du Mitan !.... Ch'est pour ti, Baptiste ! (qui vient à l'appareil)
Baptiste : Allo,... ouais...... ouais......OUAIS..... mais crie pas si fort..... j'arrive tout d'sute.... à moins l'quart ! 
Louis : Bon, Yvette, Te veux bien mett' tout cha su' l'ardoisse ? J'va rintrer tu duch'min à pid!



Baptiste : Attind, Louis... j'vin avec ti..... (Ils sont à la porte)
Euh....(en faisant le geste négatif de la tête) T'as pu sô....? Non,.... Te bô pu un verre ? non ?....
Louis : Ah, Baptiste, quand qu'te l'deminde comme cha....(en faisant non de la tête) Bin, non, j'ai pu sô et j'voudrô pô t'obligi à sortir tin port'-monnaie !
Baptiste : Bon, bin te l'auras bon ! Te me l' rappelle, hein ? Salut Patronne !
Yvette : Quel pochi, ch'ti là ! Li, pour li payer inne' pinte ! Ch'est comme si qu' t'li arrachrôt ses yy. I pinse qu'i va les prind' avec !

(Elle débarasse les tables et s'occupe – Soudain, la porte s'ouvre ! Julot, avec un journal)

Julot : Salut la compagnie ! Bin quô, Patronne, t'es tout seu'...I sont tous partis ? 
Yvette : Ti aussi t'es tout seul..., t'feimme, elle est pas v'nue avec !
Julot : Bin, non ! Elle est r'partie au docteur ! Elle a toudi du mô dans l'bas d'sin vint' ! Et chaque fô qu'elle s'énerv'... cha r'comminche !
Yvette : Te fais aussi tout c'que te peux pour l'endeuver !
Julot : Quo ? mi, l'amarjoli... Ah non, te peux po dire cha. Mi, j'sus plein d'attintions pour m' moti. Ch'est vrai que des fô, elle me scie vraimint les cotes.
Yvette : Ah ouais ? Elle aussi elle casse tes pi' ? Non.... !!
Julot : Te peux pas savôr c'qu'elle m'énerve, des fô ! Au boulot, ch'est min chef qui m'immerte en ravijant toudi cin que j'fais... et à m' maijon... ch'est m'femme qui m'énerf qu'elle est toudis d'rire min tchu' Alors, tu vô là quelle vie que j' vis,... et... quind j'in peux pu... j'vins ichi. Heureusemint, ti, Yvette, t'es toudis là d'rrire tin comptôr pour écouter les clients,  pour remonter le moral des gins. T’es vraimint inne brav' cabarétire !...J't'aime bin, t'sais ! 
Yvette : Cha va, Julot,Te n'as dit assez... Tin, donne me  inne fô tin journal ! Pour vir quô qu'i a d' din aujourd'hu' ! (elle feuillette et tombe avec surprise sur un article )
Hein ??? T'as vu c'qui est écrit, Julot ?




Julot : Non, j'ai pô incor tout lu, ... J'vins d' l' accater !
Yvette : "Le projet de loi du Ministre Michel est déposé au Parlement pour le vote à propos des fusions de communes dont voici la nouvelle répartition qui entrera en vigueur à partir du 1er janvier 1977... bla bla bla : Ah, voilà ... la nouvelle entité de Comines-Warneton : comprendra les anciennes communes de Bas-Warneton, Comines, Houthem, Ploegsteert et Warneton... "
Ah bin cha alors....
Julot : Ah bin zut alors ,... Les Mountches, i se sont bin fait avôr, là... aussi grands qu'i sont  !...
Mais... cha va pas s'passer comme cha....Avec les gins du d'Geer, ...Faudra réagir et fort !
Pour c'minchi, in va faire inne pétition !... non,mais attind !
En attindint...J'ai sô !...
Yvette…donne me un verre, va ! ...
Yvette : Dis, Julot... t'as pas peur que cha  r'comminche ?
Julot : Non, non... pas cette fô-chi ! J'sus sûr ! Y avô du monde dans l'salle d'attente... et puis, avec chin que l'docteur y va li donner... j'pins' qu'elle va vite sortir d'sin cabinet pour courir à s'majon et s'assir sur l'min... dé cabinet !


RIDEAU


ACTE 2        

SCÈNE 1

(Entrant par le fond de la salle, muni d'un porte-voix, Julot ameute la population, donc...le public. Il est accompagné de Louis qui chauffe le public pour des applaudissements)
Julot  :
Avis à la population ! Ecoutez, Braves Gins du Vrai canton, avant que ch'brin y  c'mminche !
A Bruqxelle, les gins du Gourvernemint, i z'ont décidé de r'grouper tous nos communes en un seul grand Comines ! Ch'est inne proposition que personne ichi y n'in veut ! Tous les Conseillers Communaux d'nos ville et villaches y sont là pour dire : les Ministr' y z'ont pas respecté nos avis ! Dans tous les communes du canton : à Houthem, à Plostère, à Warneton, à Bas-Warneton, et à Comines, in a tous donné s'n opinion sur cette connerie d'fusion. Ch'étot pourtant pas difficile de suiv' chin qu'in d'mindô tertouss !




1° Les Plousterto avec les Warnetonno;
2° Les Mountches avec les Bas-Mountches;
3° Les Capello avec les Houthémos;
4° les gins du Mai-Cornet avec les Coméno !
Et l'affaire, elle étô faite ! Mais les Ministres, y z'ont po voulu faire d'effort pour étudier not' proposition et faire des amind'mints ! Déjà qu'en 1963, i z'ont décidé nous balancer dans le Hainaut... sans penser à une route-express pour y arriver ! Sans train omnibus direct ! Après, ché ministres z'ont décidé qu'in d'vô tertouss devenir Wallons ! Est-ce qu'y en a un,  ichi, qui l' comprind, l'Wallon ?... qu'i lève sin dô !...
Alors, braves gins du Vrai Canton, manifestons pour  faire respecter l'démocratie, pour garder not' esprit d'clotchi, pour toudi avôr du boulot !  Tous ché misères, in en a plein l’ dos !
Voici c' que vous proposse : In va s'réunir au Café du Mitan pour busîî et vôr chin qu'in peut faire pour nos infants ! Sinon, ch'est eusse, nos z'infants, qui vont payer les pots cassés.
Mesdames et Messieurs, je vous remercie et on vous dit : "à tout à l'heure"   

(Ils quittent la salle)


ACTE 3     

SCÈNE 1 

Chantal : (avec Yvette, elle prépare le local pour une réunion en rangeant les chaises) : Dis, Patronne, qu'est-ce qui va y avoir comme réunion, t't'à-l'heur. Min père, y a dit que j'dô v'nir donner un coup de mainj, pour préparer la salle ! Parch ' qu'i a dit que l'réunion, elle pouvo pas trainer !
Yvette : Préparer l'salle ! Mais y a pas d'salle, ichi, m'fill' !
Y a que min café ! Tins, y en a un qui a oublii sin sac !  (Elle va le mettre derrière le comptoir)Et quo qu'i a tout dit, tin père ?
Chantal : A mi, i m'a rin dit... mais j'l'ai intendu téléphoner à plein d'gins pour leu d'minder pour v'nir à l’ réunion
Yvette : Mais quelle réunion ?
Chantal : J'sais pô, mi ! Ein' réunion des coulonneux ?  ! Qu’est-ce que j’in sais, mi ,?
Yvette : J'va l'savôr tout d'sute ! (Elle va au téléphone)
Allo, Julot ? Ch'est mi, ichi ! Quo qu't' as dit à t' fille ???
Ch'est quô, chette réunion ?...
Ah ouais ???....Bin, t'aurô pu m'prévenir!...
Ah ouais ??... Bin, t'as qu'avô pas tant bôôr...
Ah ouais ??.... Ah bin, t'n'as qu'à l' savôr...
Ah ouais ??... Bin alors, y aura beaucoup de monde ?....
Hein, tros chint (300) personnes ???
Bin, et d'où qu'in va les mettr' ???...
"In verra bin, in verra bin"... t'as vite dit, ti !
Bon, ch'est cha... in verra cha tt'al'heur !
Et les ceusses qui n'ont pas d'kayelle pour s'assir, i n'aquavette pas êtr' in r'tard ! (Elle racroche)
Ah bin, Julot, tin père, I n'in f'ra jomais ène belle : Vla qui va faire de l'politique, a c't heure !!!
Chantal : De politique ? Y est pas bin, li ! D'puis qu'y gagne pu avec ses coulons, i n’osse pu s’montrer au local des coulonneux. Alors... "I va prind' l'air"  qui dit toudi ! Mais m'mère, elle sait qu'ù qui va !
Yvette : Cha, j'pinse qu'in l'a déjà r'marqué !



Chantal : Si y est pas r'venu dans l' demi-heure, elle met sin minteau, et elle va l' tcheure. Et  Ils s’ font la gueule, quoi ?  Ch’est “Histoire sans parole !”
Yvette : Et cha dure longtimps ?
Chantal : Non, cha in peut pas dire ! Parche que mi j'vô bin qu'min père y incore un p’tit peu amoureux de m'mère... 
Yvette : Elle a de l'chance, t' mère 
Chantal : Mais quand qu'ch'est comme cha, … quand qu'elle fait la gueule ! Alors,  y va lire sin journal, tout ravachi dins l'divan à moti plonj' . Et alors, i ravisse m'mère par dessus ses leunettes... avec des zy' d'amoureux en essayant de t'nir sin sérieux parce qu'elle parle à elle-mêm',  elle ronchonne tou seul... et min père, à la fin, y sait pas s'artenir de rire... Et elle non pu... Et l'scène de ménache, elle  finit toudi comme cha : t’as d’jà vu des qui s’imbrass’nt comme des ckiaud laponj ?
Yvette : Ah bin, mi j'voudrô bin êtr' ein mouck pour vir cha !  Et ti, Chantal, , des zamoureux, te n'da pas un djà ?
Chantal : Ah ! ?... j'réponds pas à cha ! 
Yvette : Ah ouais ? Et pourquô ?
Chantal : Cha, ch'est min secret à mi !  Min père et m'mère, i le savt'nt rin non pu ! D'ailleurs, qu'est-ce que je m'f'rô engueuler s'ils le saurot'nt !
Yvette :   T'as quelle âche ?
Chantal : J'va sur mes 18 ans ! Te sais, min père et m'mère, quand qu'y s'étot'nt jeunes, i z'ont vécu dins les jupes des tchurés ! Mes  pépés, ch'étot'nt des vrais guernoulles de béniti !
Yvette : Bin quô, Dins l'temps passéi, Chantal, ch'étot presque toudi comme cha et... ch'étôst de l'bonne éducation !


  
Chantal : Bof !... Horeusemint, qu'au jour d'aujourd'hu, tout cha, cha a bin cangi depuis mai 1968  ! iIs z'ont dit alors : "Il est interdit d'interdire !"
Yvette : Et ils z'ont rajouté : "Faites l'amour, pas la guerre !" Ch'est par rapport à cha que l'capotte anglaisse, elle est rev'nu au gout du jour, sans tabous. Pach' qu'avant, ch'étôt un péché d' parler  d'préservatif ! 
Chantal : Pourquô que nous les jeunes, in dô s'cachi si in veut avôr un amoureux ? Y a deux mô, à l’sortie du Collèche,  j'ai rencontré un garchon qui jue à Houthem au foot-ball. Qu'est-ce qui est bieau, c'gars, !  J'voudro bin dev'nir sin p'tit copain ! 
Yvette: T'as qu'à, inne fô, aller l'vir juer  à Houthem! Si qu'te veux te faire remarquer, t'a qu'a mett' un ckapiau rouche et gaun' et tu jue dins inne' trompette !
(elle regarde l'heure et s'aperçoit du retard pour l'heure de la réunion) Hein ?? Déjà c't heure là... In est  ichi, qu'in babelle mais....L'heure elle tourne ! Tt'a-l'heure, i vont arriver et y aura rin d' prêt ! J'descinds à l'cave vir si j'ai assez d' bière, et ti, Chantal, t'as qu'à focque donner un coup d'balai et ranger les kayelles !
(Yvette sort et, sitôt après, Franky entre brusquement)


SCÈNE 2

Franky (surpris) : 'Jour !... euh... Mam'zelle... euh... L'patronne, elle est pas là ?
Chantal (intimidée) : Si, si... elle est deschindue à l' cav'. Ch'est pourquô  ?
Franky : Bin, j'va rev'nir... (timide)  Et puis non, j’vais l’attind’! J’trouv’ pu min sac de sport !
Chantal : Ch'est comme te veux... mais elle va r’monter tout d’ suite 
Franky : Vous travaillez toujours, ichi, Mam'zelle ?
Chantal : Non, y a qu'aujourd'hu' !
Franky : Ah ? Et quo qu'vous faites, autremint, les aut' jours ?
Chantal : J'va incor au collèche ?
Franky : Ah ouai ? Bin mi, j'vais à l'athénée ! Ch'est cha qu'in s'est jamais vu, p't-êt' ! J'y va à vélo... quand qu'il pleut pas !
Chantal : Mi j'prind l'bus !
Franky : T'aimes bien l'foot  ?
Chantal : Ouais et non ? Des fois !
Franky : Cha veut dire quô : des fois ?
Chantal : Bin.....   des fois !!
Franky : Bin écoute, j'sus erv'nu pour r'prind min sac de foot-ball que j'ai oublié tt'à-l'heur, parce que j'dos vite y aller, On a un match d' Coupe.  In part dins inne demi-heure ! Mais l'prochaine fô qu'in joue à domicile,  j'va t'avertir, t'as qu'à v'nir vir' !
Chantal : Te joues avec quel club ?
Franky : Avec Houthem ! Aujourd'hu, in va à Kemmel et j'pinse qu'in va ga'ni si y z'ont pas accaté les arbit !
Chantal : Attinds, l’patronne elle a trouvé un sac et elle l’a mis ichi !  Ch’est pas celui-là ?
Franky : T'as pas l'air de connot' gramin les clubs de foot-ball du vrai canton ! Mais, cha fait rin, t'es sympa ! Merci !



Alléi, j'm'in va ! Je peux t'faire ein baisse ?
(A la porte de sortie ) Ch'est comment tin p'tit nom et t'n adresse ?
Chantal : Pourquô te dô savôr cha ?
Franky : Bon... si qu' te veux pas l'dire.... Te restes là !
(Il sort en chantant “J’ai tant besoin de toi...”)
Chantal (fâchée) : Quelle conne que j'sus ! C'est la gars que j'ai rencontré l'aut' fô  et j'ai nosu faire les présentions !  Roh...Quelle conne que j'sus !


SCÈNE 3

(La Patronne revient avec une caisse de bières)
Chantal : Ah patronne, y a un quelqu’un qui est v'nu ?
Yvette : Ch'étot qui ?
Chantal : J’sais pas ! J'ai pas d'mindé ! Ch’étôt un jeune qui est juste venu pour querre sin sac rouche et gaune. Il l'avot oublii !
Chantal : En tout cas, ch'est un drôle de coco. I voulot d’jà tout savoor sur mi ! J'pinse qu'i voudrôt bin...
Yvette : Qui voudrô quô ?
Chantal : qui voudrot "Aller avec mi !"
Yvette : Et d'ù ?
Chantal : Nule part, mais qu'in est insonne !
Yvette : Déjà ? Bin, les jeunes d'aujourd'hu', cha va vite ! I suffit qui s' vot'nt chinq minutes, qui veul'nt déjà s'marier !
Chantal : N'importe quo  !
Et puis, j'suis libre ! J'suis bintôt majeure ! Et... j'vais même dire... que j'prends mes précautions ! Cha, ch'est m'mère qui m'oblige ! Parc'quelle voudro pô que ça r'comminche !
Yvette : Quô qu’ché qui r'comminche incor ein fô avec elle !
Chantal : Bin, que m'mère elle est tcheu enceinte et qu'i z'ont dû s'marier !

SCÈNE 4

(Julot entre)
Louis : Salut ! Bin, y a incor personne ?
Yvette et Chantal : Si, nous-autes in est là !
Louis : Non, non, Ti z'autes, te comptes pas ! Aah, Patronne, quo qu'ché qu't'as foutu là... ch'est pô comme cha qui fallot les mettr' les chaisses. Y aura gramin d’monde !  In nd a déjà tout plein qui attind là,...(en indiquant le public)
(Et Julot replace une rangée de chaise, face au public, et déplace la table de l'orateur sur l'avant-scène. Entrent successivement...)
Julot : Salut ! Bin, j'vos que j'sus pas l'premi !  (étonné ) In n'est qu'à deux ?
Louis : Non eh, in va être à 300 ! Même peut-êtr' puque !
Julot : Trô chint ???
Yvette : Ch’est ce qu’i dit ?


Julot : Et y aura des grosses légumes de la politique à t'réunion ?
Louis : Ah, non, i faut les t'nir in déhiors de tout cha ! Autremint, I vont voulôr tertouss t'nir l' crachôor.  J'ai promis au journalisse d'li donner un rapport de l'réunion. Comme cha, cha va êtr' not' son d'cloche qui va êtr' écrit dins l'journal !
Julot : Ouais, ch'est une bonne idée... parce que, d'toute façon, quand qu'y a pas d'photographe, les politiques y venn'nt pas ! Y a qu'une chosse qui les intéresse : vir leur tronche dins l'gazette !

SCÈNE 5

(Baptiste entre)
Baptiste : Salut tout le monde ! Ch'est d'jà c'mminchi ?
Julot : Ba bin non, on attind les z’aut' !
Baptiste : Ch'est qui les z’aut' ?
Julot : Les aut's !!! Assi'te... Là, in attindint !
Baptiste : In attindint l'première tournée ?... Tout à fait d'accord !

(Ernest entre, essouflé)
Ernest : Salut ! J'sus pô l'derni ?... Non ? J'ai dû courir comme un béor que j'étos un r'tard ! Mi et m'fèmme, in a dû r'tourner tout l'maijon pour ar'trouver sin sac à min garchon ! I dvô aller juer à Kemmel, i l'avot oublii ichi ! Alors, l'timps qui s'est rappelé, qui est v'nu l'chercher, et que j'ai dû l'condur au local... J'sus au bout de m' madeleine... avec c' béôôr !
Baptiste (rire): Béor, Béor... I dit cha à tout l' monde... même à sin garchon !....
Julot : Allez, Allez, in va pô perdr' d' timps, Assoyez-vous, tertouss. In va c'mminchi. Chti qu'i est à r'tard, i paiera inne tournée générale !
Baptiste : J'sus contint qu'ch'est toudi pas mi... et qui s'dépèche c' retardataire, pache qui mi, j'ai sô !
Louis (à la table de l'orateur) : Mesdames, Messieurs.... L'situation des fusions, elle est catastrophique !



J'ai lu din l'journal que... attendez... j'va vous le lire :
"Le projet de loi du Ministre Michel est déposé au Parlement pour le vote à propos des fusions de communes dont voici la nouvelle répartition qui entrera en vigueur à partir du 1er janvier 1977... – y a incor plein d'bazar d'écrit qu'on comprind rin, afin, bref, plus loin, y est écrit : ... la nouvelle entité de Comines-Warneton : comprendra les anciennes communes de Bas-Warneton, Comines, Houthem, Ploegsteert et Warneton... "
Julot : Cha, in l'savot. En deux mots : In est bin din l' brin jusque lào ! Et in dô pas s'laichi faire !

SCÈNE 6

(Simone entre précipitamment)
Simone : JULOT ! ! ! Oh pardon....J'pinso qu'ch' étpot pô incor comminchi !
Julot : Simone, tu vô bin qu'in est en réunion. Si qu'te veux assister, te dô t'assor et laichi les hommes parler !
Donc, j'dijo... Qu'in est bin din l'brin et qu'in dô pô s'laichi faire ! Mais quô faire ?
En examinant l'situation à tête reposée, c' que j'ai fait, hein Simone, i faut l'arconnotte, que pou' l'Gouvernemint, ch'étot po possible de trouver ène solution qui aurô été bin vue par tout le monde.
Ch'étô donc comme la "Cacajoncture du Cercle" !
Louis : la "Quadrature"...
Julot : Ch'est cha... comme te l'dis, Louis.
J'explique : Tout l'brin, y vint à cause d'Warneton qui a pas voulu alléi avec Plostère ! Comme cha tout y a auro été gramin pu facile que l'Gouvernemint y auro été obligi d' sûiv' l' souhait démocratiquemint décidé par les concitoyens.
Mais vlà, les Minist' y s'font pas d'bille : i z'ont suremint dit comme cha : "Dins c'p'tit tchun d' Belgique, qu'in n'sait même pas d’où qu’ça s’trouve, si i sav'nt pas s'mette d'accord, alors in va tertouss les mett' dans l'même sac, et i n'ont qu'à s'débrouli, avec les Flaminds, les Français et les Wallons. 
Ernest : Tout cha, ch'est un biau discours, Julot, mais quô qu'te proposs'
Baptiste : Pour mi, si Julot i proposs' de mett' ein tournée tout d’sute  pour s'fèmm'qui est arrivée l'derni're, ce s'rot ein bonne idée !
Julot : Ch'est pô l'momint d'dire des carabistoulles, hein Baptiste. L'affaire, elle est sérieusse, très sérieusse !
Ernest : Bin ouais, Baptiste, ch'est comme à tin foot-ball à Plostère, te discutes et te fais... et te gagn' jamais rin ! Au fait... y est toudis, là, l'grand....commint i s'appelle incor ?.. c'grand gueulard ?.
Louis : Oh, stop, l'réunion, ch'est pas pô pou parler foot-ball !... Continue, Julot !
Julot : Ah.. bin... Ch'est tout ! Mi, j'ai dit c'que j'avos à dire... mais j'vô pô c'qu'in pourrô bin faire !...T'as ène idée, ti, Louis ?
Louis : Bon... (il va à la tribune)
Mi, j'sus d'Bas-Warneton. Ti, Baptiste, t'es d'Plostère. Ti, Ernest... t'habites à Houthem, et ti, Julot....Tout le monde y sait qu't'es un vrai Mountche... mais t'habites au d'Geer !
Julot : I manque quéqu'un d'Comines !
Louis : Bin, tant pire ! Les absents y-z ont tort ! Et les présents, y -z-ont toujours raison. Mais, Y vont peut-êt” arriver ! In n'sais jamais !
Mais, dans tous les cas, ceux-là d'Comines, euh... i d'vront êtr' d'accord avec c'qu'in aura décidé !
Julot : Ah, te crô cha, ti !
Louis : Bin, avant qu'i arriv', mi, j'proposs' qu'on décide d'une... d'une.... Commint i dijo cha...?
Julot : Qui cha ?
Louis : L'général De Gaulle ....I parlot toudi dins ses discours de "L'autodétermination"... Ch'est cha.... Donc, in d'vrô décider nous-otes-mêmes d'une autodétermination qui dirôt que nous-otes, in a l' drô à un statut spécial européen. J'dis bin : Européen dans le Marché Commun.
Pour cha, la seule ville historique du Vrai Canton, Warneton, avec les quatre petites communes et les deux hameaux qui sont tout autour, in dôt s' déclarer : PRINCIPAUTE.
Ensemble : Principauté ???
Louis : Ouais… une Principauté.... Comme à Monaco ! In auro pu ène ribambelle d' ministres à payî, in auro pu d'Rô, ni d'Reine.  In pairô pu d'impôt....In s'rô indépendant sur nous-autes mêmes, Même que les Flaminds et les Wallons, y s'arrot'nt pu rin à dire ichi ! Incor qu'in parlerô Chinô dans nos écoles !
Yvette : Chino ? Qu'in continue seulemint à parler Chti !
Julot : Cha, ch'est ène bonne idée, cha....Quo qu't 'in pinse, vous-autes ?



Yvette : Tout cha ch'est bin,... mais qui est-ce qui va comminder ! Et te pinses que tous les otes bourguemait' y vont êtr' d'accord !
Julot : I s'ront obligi ! L’démocratie ? Ch'est cha  !
Simone : Ouais, bin... te peux compter là-d'ssus et bôor d' l'éauw ! Julot ! J'ai bin dit d' l'éauw !
Julot : (agacé) Ca y est, cha r'comminche ! Ecoute, Simone, tu vas pas m'faire endeuver à c'tt heure ! Et puis, r'tourne à l'majon... ch'est pas ène affaire pour ti, va vite r'coud' min pantalon de l'Jatte qui tcheu in berlires  ! Allez va ! Autremin, in va avinchi à rin !
Simone: Après tout, t'as raison ! Cha va quand même jamais aller, tout vot’ bazar ! ... Mais, ti Julot, rentr'pas avec une tchu'te... pache que te vas aller dormir din l'cabanon, cha ch'est mi qui l' dit ! (Simone s'en va)

SCÈNE 7

Baptiste (qui rit) : I va aller dormir avec ses laponj !
Julot : J’ai pas d’laponj... ch'est des coulons !
Louis : Silence ! D'quô qu'in parlôt incor ? Ah ouais,... Qui ch'est qui va commander !
J'proposs' pour cha, des élections démocratiques, pour élire un PRINCE, chti qui va régner... comme l'prince Raigner, à Monaco. I règne, et y a rin à faire. Tout c' qui dô faire, ch'est  faire l’ béau avec tous les acteurs qui sont là...
Ernest : Des acteurs comme nous-aut', alors ? 
Baptiste : Des acteurs de cinéma. Te t' prinds pour qui, ti ?
Louis : Silence. Ch'prince....i s'ra nommé pour dix ans. In peut quand même pas l'mettre à vie....Te vô pas d'ichi, qu'après deux-tros ans... I mène la vie comme un vrai Rô, avec des bagnoles, des maitresses, des g'va ? Dans not' nouvell' constitutionj , in dôt pouvôr n'in mett' un aut' si qu'i est pas capab' ou si qu'i brûle l'kandelle par les deux bouts !
Julot : Cha, ch'est ène bonne idée, cha....Quo qu't' in pinses ?
Baptiste : Mi, j'laisse dire ! In m’écoute quand même jamais quand j’dis ène séquo !
Louis : Bon, cha ch'est ène première chosse ! Deuxième chosse à régler : L'économie. Ichi, in dô pô s'montrer difficile parche que notre vrai canton, not' future principauté...(applaudissements) n'est naturellement pas riche et ses habitants sont tertous des braves gins, issus pour la majorité d'un milieu ouvrii, mais, i faut tout de même trouver l’moyen...d' pu payer d'impôts !
Baptiste : Comme à Monaco !
Louis : Pour cha, i faut qu' tout le monde i dôt pouvôr ouvrer ichi, dins l’ principauté ! 
Julot : Ouais, mais quô faire pour donner du boulot à tout le monde ?
Louis : J'y ai pinsé, figure-te : In va c'mminchi par créer un zoning avec deux - trois industries, pas puck ! Cha va donner gramin d'ouvrache pour les gins de l'principauté ! J'ai bin dit : "de l'principauté" !
Julot : Cha, ch'est ein bonne idée, cha....Mais, i faudra bin réfléchir sur chin que les investicheux y vont v'nir fabriquer, ichi !
Cha n'peut pas faire de brû...
Cha n'peut pas faire de l'fumée norte ni de l' poussire...
Baptiste : Cha peut pas sentir la peste ! Pach' nous-autes, in est servi ! Cha, ch'est mi qui l' dit !
Louis : Tin à propos d' cha ! In d'vra aussi prévoir ein séquo à propos des nitrates ! Not' eau d'pû', elle est pas potab'. Et cha, cha dô cangi !
Baptiste : Commint qu' te vas faire pour cangi tout cha ! Y a gramin trop d' pourchéauw, qui picht'ent et qui tchit'nt din des citernes qu'in dô aller vidi sur les ckamps avec des béneaux qui s'arros'tent, comme cha, tout in évintall"... Te peux pas impéchi l'purin d' sintir l' brin !
Louis : Justement, c't odeur;... ch'est pas bon pou' l' tourisme ! Alors, in va recycler l' lisier !
Louis : In va recycler c' purinj en engrais, en granulé ! Comme d' l' engrais ross' Mais y s'ra suremint marron...
Baptiste : Comme des cacahuettes, alors ! J’va d’vôr faire attintion à pas confondr’ !
Louis : Cha c’est sûr, cha n’aura pas l’même gout  !
J' dijô donc... qu'en transformant l'lisier en engrais-cacawète... i va pu poluer l' nappe de la phréatique"
Louis : Bon, Résumons l'situation :
un : élection d'un prince –
deux : installation d'un zoning -
trois : dépolution de l'environnemint avec nos granulés-cacawètes – et
quatre : renforcer les machins touristiques !
Julot : Quo qu'te veux dire par là, Louis ?
Louis : Bin, favoriser l' tourisme – Faire venir des visiteux en ajoutant des moulonj, des monumints, des musées, des tranchées !
Julot : Et des musées d' quô ? In va quand même pas faire un musée agricole, i n'd a tout partout ! Et puis, pour exposer des quat'dints ou des charrues, tout le monde y a déjà vu tout ch’bazar d' sincis !
Baptiste : Mi, j'sais qu'à Plostère, i s'ro question d'faire un musée de l'terre cuite. In est tous des briqu'teux, là-bas ! Et à Warneton, i voudrot'ent bien faire un musée de l'céramique... Ch'est tout des jateux ! Enfin, d'pus l'timps qu'i n'en parl'ent !
Louis : Ouais, mais y a rin à moutrer, la d'dins... Ch'est tout du savoir-faire qu'les ouvrii d’ichi y transmett'ent toudi d' père in fils. Te vas quand même pô exposer des cabinets ou des Stalton !
Julot : J'ai ène idée !
Louis, Baptiste, Ernest : Y a ène idée... et laquelle ?



Julot (après réflexion) : de l' bière ! Un musée de l'bière ! In' in fabriquô tout partout, dins l'temps passé ! A Warneton, y a ène ancienne brasserie, incor in bon état ! I suffit de l'nettyïï un p'tit peu, d'astiquer les tchuyaux et essayer d'refaire une "bière artisanale", comme de l' B.S.T.
Yvette : B.S.T. ? Ch'est quô pour ein birre, cha ?
Julot : de l' "Bière spéciale de Table !"
Ernest : En flamind, i dijot'nt cha : "Beste Speciale Tafelbier"
Yvette : Bin ouais, en vl'a ène bonne idée ! Et commint qu'in va l'appeler cette "bière artisanale" ?
Louis : In va d'abord trouver un nom pour not' Principauté !
Julot : Mi, j'pins' qu'in d'vrô prind' l'mitan géographique du Vrai Canton, et prind' ch' nom-là
Louis (il réfléchit) : Ch'est l' Rooster ! Après tout, ch'est pas si mal que cha : "Pincipauté du Rooster"
Baptiste : Et les habitints ?... In va les appeler "les Rost'" ! 
Ernest : Et si in l'appelôt : "L'Pincipauté des Bleus Vintes"
Louis : Te trouves cha élégant, ti... Pour ène Principauté ! In dôt quand même pas parait' ridicule à côté des Principauté de Monaco, Principauté d'Andorre, Principauté de Lichterstein... Mais... Principauté des Bleus Vintes !!!
Julot : Pourquô pô l'Principauté des Plats Pi !
Yvette : Mi, j'ai rin à dire... mais j'dis cha, j'dis rin....mais, si c'étô d' mi.... che s'rô : "Principauté de la Mitan"
Baptiste : Dis, in est pas au foot-ball, ichi, hein ! Te voudrô bin qu'in vint faire les 3e mi-temps ichi !
Yvette : T'as rin compris, Batisse ! Quo qui dijot, Julot, t'aleur, i parlô d' Mitan géographique !
T'es où ichi, au "Café du Mitan". N'oublie pas qu'ch'est ichi que les fondemints de l'Principauté y z'ont vu l'jour ! Et in pucque de cha,... te vas pas vexer personne !
Louis : J'sus d'accord avec l' patronne !
Ernest : Mi aussi ! Et ti, Julot ?



Julot : Après tout, pourqô pas ? Ch'est pas l'nom d'une commune... mais, quand même... "Principauté des Mountches" cha auro gramin puck d'allure !
(Réflexion silencieuse)
Louis : Acoute, Julot ! In n'est pas marié avec personne, ni avec l' Patronne, ni avec sin café du Mitan... mais, t'as raison ! Les Mountches, i z'ont ein histôr de plusieurs siècles ! Avec des faits véridiques, historiques et qu'ch'est la pure vérité ! Faut pas oublii qu'avant, ch'étôt ein "Chatellenie"... "L'chatellenie d'Warneton, avec sin seigneur, s'n évèque, s'n abbaye, ses brasseries" Cha s'rô dommache de bazarder tout ch'patrimoine ... im...immatériel ! Ch'est pour cha.... In dô su'v s'n idée à Julot. "La Principauté des Mountches"...
Julot : Deuzi'me raison : Si qu'te veux pô avôr des histôr avec les gins de l' Société d'Histôr, hein, te 'm'comprinds ?
(Il se lève et solennellement...) Mesdames et Messieurs, que pinsez-vous de "la Principauté des Mountches" ?
Tous (se levant) : D'accord Julot ! La Principauté des Mountches est née !

RIDEAU


ACTE 4            

SCÈNE 1

(Yvette range son bistro. Pas de client. Simone ouvre précipitamment la porte)
Simone: JULOT ! Bin quoi ? Y est pas là ?!
Yvette : Bonjour Simone !
Simone: D'ù qu'ch'est qui est parti, li, à c't'heure ! Y auro pu me l'dire !
Yvette : J'sais pon, Simone. Hier, après l'réunion, i sont incor restés un p'tit coup à bôôr chacun s'tournée... Sauf Baptiste, li, y est parti avant qu'ch'étôt sin tour !
Simone: Li, ch'est s'n habitute ! Un pochi parell' !



Yvette : Mi, j'ai jomais vu un coffre-fort d'rrire un corbillard !
Simone : Y a d'z infants ? Li, Batisse ?
Yvette : Ouais... ! Un foot-balleux ! I est v'nu ein fô, ichi, avec sin père  ch'est incor un biau jeune homme ! Mais... Simone...(confidentiellement) fais quand même attintion à t'fille !
Simone: Pourquô
Yvette : L'aut' fô... quind qu'in préparo l'salle pour l'réunion de l'Principauté... T' fille elle m'a comme dit comme cha, en sous-intindu... qu'elle n'avot plein s'n oeil d'un foot-balleux !  Elle prind ses précautions, t’fille ? 
Simone: Quô qu' te racontes ! Ch'est nouviau, cha !
Mi, j'va surveiller tout cha ! Déjà, que j'dô toudis surve'ller m'homme, Julot, et qui r'vint pô ! Mais.... j'pinss pas qui court après les feimmes ! Li, y aime bin faire lure tin zinc,...l' politique et ses coulons !
Yvette : Te crôs cha, ti ! Te f'rôs bin de t' méfyï, aussi !


SCÈNE 2

(Entre Franky, avec une grande coupe gagnée au Foot)
Franky : 'Jour !... Mesdames !
Simone: Bonjour, jeune homme. (A la Yvette, en apartée) Y est bin poli, c' garchon, y a pas à dire ! Qui qu'ch'est ???
Yvette : Cha, ch'est sin garchon à Ernest !
Simone: Qui ch'est, cha, Ernest ?
Yvette : Bin, y étôt là à l' réunion. Chti là qui traite tout le monde de "béor" !
Simone: Ah, ouais, j'vô qui ! Ah bin, si y est malonj, ch'est po martchi su' s' fidchure !
Franky : Madame,... elle est pas là l' fille que j'ai rencontrée ichi, avant'chière ?
Yvette : Non, min garchon ! Elle est pô là et elle habite pô ichi. Mais, si te dôs li dire ène séquo, tu peux l' dire à s'mère. Ch'est Madame, ichi !
Franky (surpris...) : Ah ? euh, ouais, euh, non, non... ch'est pô urgent !



Yvette : Dis, Franky, ch'est quô ch'te coupe que te ramènes, là ?
Franky : Cha... ch'est l'coupe qu'in a gani au foot-ball à Kemmel ! J'l'ai ramenée pour l' moutrer à cette Mademoizelle ! Rien que de l'avôr vue chinq minutes quand qu' j'sus v'nu ckère min sac, cha m'a donné plein d'énergie et... Ch'est mi qui a mis les deux buts ! 0 – 2, qu'in a gani ! Mais j'ai pas pu n'in mettr' un trozime... j'ai eu inne carte rouge !
Yvette : Et pourquo cha ?
Franky : J'sais pô... j'étô tellemint contint que j’savô pu m’ controler ! J'étos survolté ! L'arbitr' y m'a sifflé un "hors-jeu",  et j'sais pas c' qui m'a pris... j'li ai fait un pid d' nez et y m'a mis un carton rouge.
Yvette : J'comprind pas vous-autes ! D'êtr' si grands et d'êtr' si bêtes ! Chifflé, c'est chifflé ! Et te dô rin dire à l'arbit' , de toute façon, i va pas l' ravaler sin chifflet !
Franky : Bah ouais, je sais ! Mais, ch'etô din l'fu de l'action  ! et sûremint du coup d'foudre, juste avant, pour cette Mademoizelle !
Yvette : Bon ! Ch'est bin... quo qu'te va faire avec t' coupe ?
Franky : Vu qu'elle est pô là... j'va la rep....
Yvette : Bon, Bin ! Laisse-là ichi... Cha s'ra l'premi' trophée de l'Principauté !
Franky : De l'Principauté ??
Yvette : Oh, écoute... ch'est trop long à t'explitchi... D'minde tout cha à tin père...
(Franky s'en va)
Simone: Bin, mi, j' sais vraimint pu quô ! Ch'est un vrai roman-feull'ton c'qui s'passe ichi in c'momint ! Et Julot qui r'vint pô !
Yvette : Cha m'étonnerô qui r'tourne direct à s' majon, sans faire inne capelle par ichi !
Simone: J' m'in va !... Dès fô qui s'rô rintré tout drô , pour inne fô !
(Simone s'en va. On entend dans la coulisse qu'elle parle avec des gens : "N'avez pas vu Julot ? etc...")

SCÈNE 3

(Louis, Baptiste et Ernest entrent)
Louis : Ch'est vrai, cha ? qu' Suzanne, elle est aux 400 coups qu'elle  r'trouve pu s'homme ?
Yvette : Ch'est c'qu'elle vint d' dire, juste ichi, mait'nint !
Louis : Bin, in l'a croisée juste devint t' porte et ch'est c'qu'elle a dit à nous-autes aussi !
C' t' imbêtant cha, pache qu'in avot prévu d'faire une réunion en comité restreint pour mett' au point l's élections de l'Principauté !
Yvette : Déjà ?
Louis : Ouais, ouais... In va faire d'z'élections ! Ichi !
Yvette : Ichi ! Te vas pas faire cha à l'école ? Comme d'habitude !
Baptiste : Bin non, les Mait' d'écoles y veul'nt pas débarrasser les classes pache qu'i sont en vacances pour de l'Mi-Carême !
Louis : Te t'rind pas compte.... Déjà qu'i z'ont trô mô d'vacances ! Qui font des s'maines d'inne vingtaine d'heures... Et qu'la moti du timps, les infants i sont toudis en "congé de conférence" pach'....D'ù qu'ch'est qu'in va, à c't allure-là !
Ernest : A c't allure là, l'principauté, elle est pas prête de tourner rond ! Si in dô in pucque aussi revôr l'éducation scolaire !
Louis : In n'va pas laichi tomber ses bras. Artrousse tes manches, Ernest ! Ti aussi, Baptiste ! Pache que te d'vras ouvrer pour deux : Julot y est po là. Et si tin gozi y est sec... , ah bin, te commandes !
Baptiste : In fait l'réunion d'abord ?
Louis : Ouais. Assis-te
A l'z élections, l'vote, y s'ra pas obligatoire... mais tous le monde y dôt êtr' convoqué.
Baptiste : Et qui qu'ch'est qui va aller à tous les maijonj pour porter les convocations ?
Louis : Ti ! din tin coin ! T'as qu'à d'minder à t’femm et tin garchon pour t'assister !
Ernest : Bin Ouais, Baptiste, Commint qu'te vas faire autremint ! T'as des sous pour envoyer tous ché convocations par la poste, ti ? Te vas les payii, tous ché timbr' ? Te s'ro bin un béor !
Au train où qu'te paies tin verre, t'langue, elle va êtr' trop sèck pour les coller ché timbr' !
Louis : In aura chacun s'tournée. In n’a qu’à d’minder à l’un et à l’aut’ pour assister ! 
Yvette : Qui ch'est qui va écrire l' texte de l'convocation ? Sans vexer les politiques ?
Ernest et Baptiste : Nous-autes ! Et tout d'su'te ! Allez, Louis, écris ! Ti, t'as d'l’ instruction !
Louis : "Cher concitoyen principautaire !"
Yvette : Non,  faut pas commencer par de " cher con" !
Louis : Cher citoyen principautaire ! (Il commence à écrire....)
"Cher citoyen principautaire !...(Il hésite...refléchit)
Cher principautaire ! (grave)
L'heure a sonné pour tous les habitants du Vrai Canton de se dresser contre l' autorité arbitraire gouvernementale dictatoriale.
Baptiste : Te crô pas que t'y vas un peu fort, Louis ?
Louis : T'as raison. Je r’commence !
Chers zamis du Vrai Canton,
L'heure pour notre autodétermination a sonné. Les habitants du Vrai Canton doivent se redresser pour faire entendre leur souhait le plus cher : celui de vivre dans une enclave paisible, bloquée et isolée entre la France et la Flandre, si lointaine d'une Wallonie qui l'oublie, et gouvernée par une Belgique qui se détricote et se complique de jour en jour !
Afin que chacun puisse retrouver une joie de vivre par son travail justement rémunéré;
afin que chacun puisse préserver son esprit de clocher,
afin que chacun puisse élire un chef à la hauteur de sa tâche,
vous êtes tous convoqués pour répondre massivement OUI au référundum sur notre autodétermination, ceci en opposition radicale au projet des fusions.
La question sera : "Le Vrai Canton doit-il être désormais une principauté, dirigée par un Prince à élire simultanément."
Le résultat du Référendum sera envoyé par lettre-recommandée aux secrétaire de l’ ONU, au Roi des Belges, aux Ministres 
Ernest : Et aux cinq Bourguemait' ?
Baptiste : I' faut ! Comme cha, i vont savôr tout d'sutte qu' leu'z écharpe autour d'leu panse ! Elle va voler ju !
Yvette : Dis, Louis, ... Ch'est qui qu va aller à l'ONU pour défind' l' dossier, qui d'vra donner l' texte officiel de l' Constitution ? Te dos encore faire les articl’ !!!
Louis : Cha, ch'est pas un problème ! Mi ! J'ai déjà commencé à les écrire Ecoutez...

Article 1er : Le Vrai Canton devient une principauté régie par ses quartiers !
Article 2 : La Principauté des Mountches  adhère à la forme et à l'esprit de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme du 10 décembre 1948 et à l'Acte Final de la Conférence d'Helsinki de 1975 sur l'autodétermination des peuples.




Article 3 : Les rapports entre la Principauté et les États voisins, à savoir la France et la Belgique, elle-même coupée en Flandre et Wallonie sont régis par des lois et des conventions, fondées exclusivement sur le respect de la souveraineté et sur le principe de la réciprocité.
Article 4....
J'dô lire la suite... ?
Baptiste : Non, non, A c't heure, in dô aller installer les isolo'rs ! 
Louis : D'où qu'in peut trouver des grosses caisses ?
Baptiste : Des grosses caisses ? In d'a din tous les musiques ! In va quand même pas voter avec inne mailloche en tapant su' l' tête du candidat !
Louis : Te dis toudi des bétiss'... Yvette, T'aurôs pas des grandes bôtes in cartons ?
(Elle va cherche trois grandes boîtes en carton)
Louis : Baptiste, va li donner un coup d' monj ! T'es pressé et t'es là qu'te joques et qu'te ravisses comme un rond d'flan !
(Ils reviennent et Louis prend son canif et coupe les boites de sorte qu'elles forment un genre de pupitre-isoloir discret posé sur les tables, que l'on aligne contre un mur. C'est le branle bas le combat)
Ernest : Quand j'pins' qu'j'étos v'nu ichi pour une petite partie d'dés... me vl'a engagé dans l'destonj du Vrai Canton. Si cha s'trouve, l'futur Prince i va m' nommer Ministre du Sport de l'Principauté des Mountches "... Ch'est mi !



Baptiste : In va êtr' crâ avec un Ministr' comme ti !
Ernest : Mais j'dis cha pour rire ! Gros Béor !
Louis : Voilàà.. Tout y est fin prêt ! J'vais faire imprimer les convocations sur l' stencyleuse de l'commune et y aura pu qu'à les distribuer tout partout !
Cha va comme cha ? Alors, in y va !
Ernest : Oh, stop... Avant de s'quitter, j' vous proposs' ène séquo :
Louis : Quô incor ?...
Ernest : J'voudrô payer ène pinte à c'Béor de Baptiste pour la victoire d'Houthem 
Baptiste : Ah mais, si ch'est ti qui paie... Alors, ch'est pas d'refus.
Yvette : Bon, qu'est-ce que j'vous sers !
Louis : Ah, ein pinte parell'! Elle vaut d' l' or ! Alors...Pour mi, ce s'ra ène Pils d'Or !
Baptiste : Attintion, te sais quô avec chette birre... Te n'in bô ène... et t'in ... et t'in...


RIDEAU

ACTE 5 

SCÈNE 1

(Le bureau de vote va fermer. Quelques dames (et gens du comité) entrent et sortent des isoloirs ! Baptiste joue le rôle de président. Il crie les noms des derniers votants : qui sortent successivement)
Baptiste : Dis Louis, ti t'es m' assesseu' mais t'as po incore voté. Te sais que l''bureau y dô fermer dans cinq minute !?
Louis : Ti non pus, Baptiste, t'as pas incore voté ,
Baptiste : J'sais ! Mais y a pas l'fû !
Louis : Bin non,... Y a pas l' fû !
Baptiste : T'as pas sô, ti ? Cha fait tout l'matonj qu'in est ichi sans pouvôr bôôr ène séquo ! Et l'patronne qui a pas pu rester pendant l'vote, t'as même pas pu comminder inne pinte '
Louis : Quô ? "T'as même pas pu comminder inne pinte !' Mais ch'est ti l' Présidint du Bureau d'Vote, ch'est à ti à payi ! Un radin comme ti !
Baptiste : Ah ouais ? Comme cha, ch'est ti qui dis qu'ch'est mi qui dôs payi ? Bin, t'es pas drolle, ti !
Louis : Mi, avant, dans les votaches, j'ai toudi été assesseu' Et cha a toudi été l'président qui payô inne tournée quand ch'étô fini !
Baptiste : Ouais... mais ichi, ch'est po incore fini, nous-otes, in dô incore aller din l'isolor pour voter... et j'ai fonj, in pucque de cha !
Louis : Et te crôs qui a quéqu'in qui auro pinsé à nous rapporter des pistolets pour mingi ! Pour mi, les bourguemait', y dov'tent pas vir cha d'un bon oeu'l qu'in va transformer l' Canton en ène Principauté ! I dov'nt pinser qu'in est occupé d'couper l'herb' d'sous leu' pid !
Baptiste : Ch'est bin fait pour eusse ! I n' avo'nt qu'à êtr' pu malonj et s'mett' d'accord, tertouss !
Louis : T'as raison... l'Principauté, elle dô s'mettr' in plache ! In est ichi qu'in babille comme des commères ! Attind avant d'fermer, J'raviche ein fô qui ch'est qui a pas v'nu voter !.... (Louis parcourt sa liste.....)
Louis : Tin, ichi, y a pas d' crô ! Ah, Rotverdomme, ch'est Julot !
Baptiste : Julot ?
Louis : Ouais... Julot !
Baptiste : D'ù qu'c'est qui s'cache, li . In l'vô pu ! I nous laiche nous démerder tout, tout seu' ! Et ch'est quand même li qui a tout comminchi c' bazar !
Baptiste : Et i sait qu'in a b'son d' li !
Louis : Et au pucque qu'y a des votants, au pucque que not' autodétermination, elle prind du po'ds !
Baptiste : Au pucque que ch'est sérieux !
Louis : Mais tant pire !... Y est l'heure ! Nous, in va vôter et puis in n'a pucque qu'aller porter l'urne !
Baptiste : Lu', quoi ?
Louis : L'urne. L'caisse du votache, si te comprinds mi ainchin !
Baptiste : Et l'porter où ?
Louis : Bin, au bureau d' dépoullemint ! Allez, faut pas perd' not' timps... Y est deux heures ! Ch'est l'heure ! In vote... et in s'in va ! Et tant pis pour chti qui est pas là !
(Ils vont aux "isoloirs" et votent en s'épiant l'un l'autre. Ils déposent leur bulletin en se criant l'un l'autre ... a voté ! Ernest entre)

SCÈNE 2

Ernest : Salut !...
Louis : Ernest... Quô qu'te vins faire ? T'as d'jà voté, ti, pour l'Principauté !
Ernest : Ouai ! ... et, j'vins aux nouvelles ! Alors ch'est qui, l' Prince ?



Baptiste : Eh Oh, attinds... Faut pas brusquer les gins d'l' Administration ! Nous, in fait tout cha dins les règles ! A c't heure, nous, in va aller porter tout cha à l'Majon Communale et après, in a pucqu' à attind' qu'les employés de l'commune, i dépoull'nt tout cha !
Ernest : Ah, pach'que c'est les employés de l'Commune qui dov'nt...
Baptiste : Ouais... pour ène fô, i vont ouvrer !
Ernest : Bin....Ch'est pas là d' ête fini !
Louis : Pourquô ?
Ernest : Et les abstinstionnistes ? Commint qu'i vonf faire pour les compter... pisqu'i sont pas v'nus !
I dov'nt les connott' pour pouvor dire l' pourcentache ! J' l' sais bin, j' su pô un Béor, t'sais, mi !
Louis : Si... t'es un Béor ! Si qu'i z'ont pas v'nu voter, y a pas d'bulletonj à dépoulli din l'urne!
Ernest : Ch'est qô cha ? L'uu...
Baptiste : L'URNE...L'caisse de votache ! Te sais po, cha, ti... t'es quand même un Béor ! Et tes "abstin...-machin", comme te dijô là, ch'est quô cho ?
Ernest : Dis, Baptiste, en parlant d' Béor... te peux t'raviser !
Louis : Oo Oh, vous n'allez quand même pas battili ! Baptiste, des "abstinstionnistes", c'est des gins qui z'ont pas v'nus vôter !
Esnest : Ouais, mais ch'est obligatoire en Belgique !
Louis : Et attintion, in n'est pu en Belgique, ichi, in est din l'Principauté des Mountches !
Ernest : Ouais, cha ch'est vrai... Ch'est aut'ckosse ! Ceux qui voulot'ent pas v'nir, i d'vot'ent pas !
Louis : Mais i dovt'ent pas v'nir dire après qu'tout cha, ch'est pas à leur idée ! Cha dô pô êt' comme in France, ichi ! Avec ché Français, quand qu'i z'ont l'occasion d'voter et tcheusir un Président... I vont pas pach' qu'i dis'nt : "Ch'est quand même tous des mêmes,... pour les sous !"
Baptiste : "In prind les mêmes, et in r'comminche", ch'est aussi comme cha en Belgique !
? Bon, Bon... in y va, Louis ! Autremin, D'monj, in est incore ichi !
(Ils s'en vont. Ernest reste seul et crie après  Yvette. Comme elle ne répond pas, il va à pas de loups se servir lui-même et boit – Subitement, elle entre, mécontente)

SCÈNE 3

Yvette : Ils sont partis ? J'va pouvôr reprind possession d'min café ?
Ernest : I vienn'nt juste de partir... Avec les bulletins pou' l'dépoullemints !
(Elle voit Ernest s'étant servi lui-même)



Yvette : Ah bin, Ernest, j' vô que te dô vraimint pas t' géner ! V'là qu'les clients y s' serv'nt eusse-mêmes, à c't heure ! Et, te n'as déjà infilé combin, là comme cha ?
Ernest : Ch'est l' premi et ch'est l'derni ! Mais, j'va te l'payi, t'sais... te m'connôs, hein, Patronne !
Yvette : Ti, ouais... j'ai confiïnce, Mais, si cha avô été tin camarad' d' Baptiste... li, y auro sûremint jamais réglé si j' l'auro pas pris su' l' fait !
Ernest : 'Ttintion, Patronne, ch'est li qui y étô présidint et qui commindô, ichi, toute l' journée ! Si ça s'trouve... y a vidi un tonnéauw !
Yvette : Un tonnéauw ??? Nom de dju, j'va vérifier cha tout d'sute... (Elle inspecte tout sous le comptoir et à la cave) ! Bin non, rin... y z'ont rin bu ! Y a incore d'z honnêtes gins sur terre !
Ernest : Te vô, Patronne, qu'in n'est pas tous des Béor !
Yvette : Ouais, bin... pour mi, c'est inne journée d'perdue ! Tout l' monde y est passéi ichi, et j'ai même pô pu servir inne' seule bierre ! Bin, si ch'est cha... l' Principauté ! Elle peut r'tourner d'ù qu'elle vint !
(Julot entre subitement avec un "manneken-pis" emballé dans les bras)

SCÈNE 4

Julot : Salut la compagnie....
Yvette : Tin,vl'la un r'venant ! Et d'ù qu' t'étô ! T'femme, elle a cachi après ti ? Bin, ça va d'nouvieau r'comminchi les ingueulates !
Julot : Ouais, j'l'ai vu... c'est djà fait.... Bin,  Où qui sont lez autes ?
Yvette : Bin quô, tu sais pon ! ... L'dépoullemint, i dô s'faire tout d'sute après l'z élections !
Julot : L'z élections ? Milliard de dju, j'ai bin oublii l'heure ! Et ch'est fini, à c't heure ?
Ernest : Ch'est sûr ! Trop tard, min vi' ! Si qu't' voulô voter pour ti-même, pour dev'nir l' Prince de l'Principauté ... Tin prince... te pourras l'mettr' là où j' pinse !
Yvette : Dis, Julot, quo ch'est t'as ram'né là din ch' patchet ?
Julot : Cha ?... Mystère ! (Il déballe)
Ernest : Mais ch'est Manneken-Pis...!
Yvette : Quô qu'te vas faire avec cha ?
Julot : In va l'exposer, ichi !
Yvette : Ichi ?
Julot : Cha f'rô bin, non ? Tin din cabaret !
Yvette : In est pas à Bruqselle, ichi ! Mi j'ai pas b'son d' cha, ichi ! Arprind le à t'majon... Te pourras l' mett' din tin gardonj pour donner à bôre à tes coulons !
Ernest :  I va pas pouvôr de s'femme ! Et mêm' qu'i pourrôt... i va pas l' faire d'peur pour ses conlonj'
Julot : La ferme ! Ecoute ichi : In va l'habilli in Mountche....et i s'ra l'symbole de l'Principauté des Mountches !
Yvette : Et qui ch'est qui va l'habilli ?
Julot : M' feimme ! J'li ai déjà d'mindé ! Après qu'elle a fini d' m' ingueuler !
Ernest : T' fèmme ?
Julot : Ouais, Simone ! Et que j'va même li faire ein petite opération !



Yvette : à Simone ???
Julot : Non, à sin zizi !
Yvette : A sin zizi à Simone ? T'es tcheu su' t' tête, ti !
Ernest : Te vas quand même pas li couper l'chifflet à c' petit bonhomme ?
Julot : Non... Pour l'jour l' intronisation du prince... c'petit bonhomme, comme te dis,. i' va d'vôr pichi de l'birre ?
Yvette : de l'Birre !
Julot : Ouais, de l'Birre !
Patronne : Et laquelle ?
Julot : De l' Pils... et qu'in va l'appeler : "Mountche Pils"
Ernest et Yvette : de l' Mountche-Pisse ?
Julot : Ouais ! De l'Mountche-Pils !
Yvette : et d'et d'où qu'elle va v'nir c't birre ?
Julot : par sin zizi !
Yvette :Ca, je l'devinne mais qui qui va l' brasser cette Mountche-Pils ?
Julot : Cha... ch'est l' Musée de l'Brasserie qui va l' faire ! Quand elle sera  remise en état !
Yvette : Et te crô que l'Commune elle va êt' d'accord avec tout tes carabitoulles ?
Julot : Ouais mais, y a séquo qu' t'as oubliii : l'Commune, elle aura pu rin à dire, ichi ! Cha va être l' Principauté qui va tout décider !
Ernest : Mais chô ch'est ène bonne idée ! Comme cha, te d'vras pu aller au déhjors non pu' pour fabriquer l' bière du D'Geer, l' Freutche !
(Simone et Chantal  entrent avec l'habit du Mountche)

SCÈNE 5

Julot : Tin, les vlà !... t'as d'jà fini ? Ch'a été ? T'as trouvé du tissu, tout ch'qui fallô ?
Simone : Ouais, ouais ! Mais, in va d'vôr dormir sans drap, chet' semaine ! J'l'ai co'pé pour coud' s' cape !
Julot : Du momint qu't'as pas pris min pijama !



Simone : T'as d'jà vu un Mountche avec des rayures, ti ?
Julot : Et t'as trouvé des boutons ?
Simone : Des boutons ??? Pourquô ?
Julot : Bin, Pou' s' braguette !
Simone : Pach qui li faut ène braguette ! Si c'et comme cha, j'va prind' ceux d' tin pijama !
Julot : A cha non ! hein SImone, touche pas à min pijama !
Simone : Ca y est, ça r'comminche ! Patronne, vins m' donner un coup d' monj !
(Yvette et Suzanne s'affairent à habiller le Mountche)
Julot : Dis, Chantal...Pindint qu'ché fèmmes y enfilt'nt s'maronne à ch' petit crinchon, te veux bin servir un verre à mi et à Ernest !
Chantal : Dis, Papa, mi j'sus pas l'patronne, ichi !
Yvette : Si, si, m’fill’, Va quère deux boutelles à l' cave ! I z'ont bin mérité cha !
(Pendant qu'elle va à la cave et qu'elle revient.... Franky entre)

SCÈNE 6

Franky : 'jour ! Bin quô, Papa, t'es là, ti... L'foot-ball, y t'a cachi tout partout ! Y a personne pour aller tracer les lignes su' l' terrain et rintrer les filets ! L'Comité y m'a d'mindé si qu'te voulô bin aller faire tout cha, là, mai'tnint !
Ernest (au public) : Ch'est toudi les mêmes, les bonnes poires ! Quo qu'te veux, si te veux qu'tin garchon y jue dins l'équipe ! I faut bin faire les corvées ! Sinon, j'sus sûr que min garchon y userô l' fond de s’maronne su' l' banc tout les s'maines !
Franky : Quô, Papa, Quo qu'te dit là ? Dis incor que j' jue comme un béor !
(Il se retourne et voit Chantal) : Oh, pardon, Mam'zelle ! J't'avô pas vu ! ... Euh.... Cette fô-ci, j'te fais la bise, j'peux ??!...
Chantal : Ouaiouais ! L'premi'r fô qu'in s'est vu, in auro dit que j't'ai fait peur et t'es v'nu rouge comme inne pivoine ! T'as couru invô comme un laponj ! J'vais po t'mingi, sais-t' !
Franky : S'maine prochaine, y a du foot-ball à Houthem ! Te vas v'nir m' vôr juer ? 
Chantal : Cha dépind !
Franky : Cha dépind d' quô ?
Ernest : Cha dépint si qu'les lignes du terrain y sont faites !... Et cha, cha dépind d'mi !
Chantal : Et puis, cha dépind aussi du résultat de l'z élections ! Si que l' prince qui est élu, qu'ch'est un client du café du Mitan,... Mi, j'va d'vôr servir, ichi...pour assister l' Patronne à l'cérémonie de s'n intronisation ! Pache qu'y aura sûrmint gramin d' monde ! Hein, ouais, Poa !
Julot : Bah ouais ! In va pas r'fuser cha à l’Patronne, hein Simone !
Ernest (étonné) : Ch'est t'fille à ti, cette belle demoiselle, Julot ?
Julot : Bin ouais ! Enfin, j'ai signé pour !
Simone : Ca y est... ça r'comminche ! Mais i m'énerv', li, I dit toudis cha, li,... quand qu' in li d'mande si ch'est bin s'fille ! Pach' qu' inne fô, j' ai nosu li dire : "Maman, sûre...Papa, peut-êtr'"
Julot : Ernest, quo qu'ch'est qui t'étonne d' savôr que chett' fille, ch'est m' fille ?
Ernest : Min garchon i va te l'dire ! Et bien ouais... Dis - le, garchon....que t'es amoureux de l'fille du Café du Mitan ! 
Chantal : Quoi ??? (à Franky) T'es sin garchon à Monsieur Ernest ! T'auros pu l'dire l'aut'fô !
Franky : Bah ouais ! Excuse-me... mais j'savô pu quô ! T'as tellemint tapé din mes yi' que j’savô pu dire un mot !
Chantal : Et ach't'heure... cha va mi ? Te sais parler ?
Franky : A ch't heure ?... Bin ouais... Mais j'ai pu d' déclaration à faire... min père y l'a fait pour mi !
Chantal : Allez, fais pas inne têt' parell... In dirô qu' t'as perdu t' quinzaine !

SCÈNE 7

(Louis et Baptiste entrent, joyeux )
Baptiste : Voilà ! ... C'est d'jà fini ?
Julot : Quô qui est d'jà fini ?
Louis : Bin quô, Julot, l'dépoullemint ? D'où que t'étô passé... In t'a cachi tout l' journée ?
Baptiste : T'es pas v'nu voter, Julot ? Pourquô ? Ti, t'étô obligi !
Julot : Bin, mi,... j'ai été cachi l'symbole de l'Principauté et cha m'a pris pucque de timps que j'pinsô ! Vla tout ! Le vl'a !
Louis : Mi,j'ai comme l'impression d'avoir déjà vu cha quekqu' part ! 
Baptiste : Mi, ch'est l' contraire. J'ai d'jà vu Manneken-Pis, mais jomais habili comme cha ! Mais y est bieau comme cha.
(il s'en approche) Et quel beau tissu ! Tâte cha, Louis !
Louis : In diro de l'flanelle... Mais... te trouves pas qu'ça sint ! Ch'est c'tissu qui sint ?
Baptiste : T'as raison ! Pour mi, ch' Manneken-pis y a d'jà pichi dins s'maronne !
Julot : Cha va aller, là, tiz'autes, M'fèmme, elle a passé s'n après-midi à tout coud' avec mes draps d'lit !
Louis : Ch'est tin lit qui sint, alors !
Simone : Quô, min lit y sint ?



Julot : (qui va sentir) Mais non ! Cha sint simplement les coulonj, ch’est normal ! Cha arrive souvint quand qu' Simone elle met les draps sétchi déhjors. D'tinps in temps, les coulonj y tchit'nt d'ssus !
Simone : Julot, t'as raison ! Cha sint l'brin d' coulonj ! Mais commint qu'cha s' fait qu' j'l'ai jomais r'martchi !
Baptiste : Bin, mi j'va dire ène séquo : i vaut mi sintir l' brin d'coulon que l'brin d'cochons ! Tin, j'dos t' raconter ène histôr véridique authtintique...
Simone : Teut teut teut, tais-te! T'n histôr, te la racontras après ! Nous, ch'est aut' quoss qu'in voudrô savôr : Alors, qui ch'est qui ga'ni l'z élections ?
Louis : Devine ?
(Ils se regardent)
Baptiste : Allez... Devine ?
Louis : Ch'est... Ah bin c’est Franky  !
(Acclamations et Embrassades pour le Franky)
Ernest : Ch'est pô vrai ! Et mi, j'ai mêm' pas voté pour li !
Baptiste : Ecoutez tertouss... En timps qu'président du Bureau de Vote et membre de la Commission fondatrice de l'Principauté, j'trouv' que l'premi' Prince, y à l'drôt d' tcheusir... inne princesse !
Louis : Cha ch'est vrai, cha... Et i peut même prindr' qui qui veut : inne fill ou inne fèmme de Plostère, d'Warneton, d'Comènes, d'Houthem, de Bas-Warneton... C’est comme qu’ i veut !
Ernest : Po inne feimme mariée '... Inne belle jeune fille...qui pourrot dev'nir m'  bru !
Julot : T'Intind cha Simone....
Simone : Ouais... Mais, ti, tais-te inne minute !
Baptiste : Alors, Monseigneur Franky, qui qu'vo allez prind pour princesse de l' belle Principauté des Mountches ?
Franky : Bin... Bin... Tout cha, cha m'intimid'... mais....comme j'n'aurô jomais n'osu l'deminder en mariache en public.... J'va tout d'même n'osôr l' dire officiellement que m'princesse'... j'va pô d'vôr l' cachi lonj... Elle est-ichi....(Il va la chercher)  Mes hommages, Mam’zelle !
Tous : Bravo... Vive l' princesse... Et vive sin prince....
(Le Mountche-pis se met subitement à uriner de la bière)
Julot : Et vive l' Mountche-Pils



Louis : Mais cha ch'est un miracle ! Ou bin, ch' petit, y savô pu s'artenir !
Julot : Tin, goute-là, Louis !
(Franky va prendre la coupe et la remplit pour boire et en offrir à sa princesse )
(Tout le monde va remplir un verre au jet et boit dans la gaité– Soudain, le téléphone sonne)
Yvette (va décrocher ): Allo... Allo.... J'entend rien ! Silence !
(Dans le public, Roger se lève et interpelle les acteurs)

SCÈNE 8

Fons : Allo Madam'....C'est moi qui téléphone avec mon GSM. Ze va le dire comme ça, tout haut....(Il s'approche de la scène et monte) J'ai tout vu votre machin-bazaar pour faire le nouveau principauté de les Mountches. C'est très bien...  C'est presque comme chez nous : du Carnaval !
Tous les ans, c'est un nouveau Prinche avec un nouveau chapeau...
Est-ce que je peux faire un cadeau en souvenir de cette élection ?
(Il le coiffe d'un chapeau typique muni d'une grande plume)
Voilà, avec tout mon respekt , Monseigneur le Prince des Mountches !
Louis : Après tout.... Pourquô pas ? Hein... (Il prend une nappe bleue et la pose sur ses épaules !)
Ernest (qui ve rechercher la coupe et la remplit de bière au manneken) : Tin min garçon, Bô incore ène goutte... Te l'a bien mérité ! Et si qu'te cherche un Ministre pour les Sports... Chui là !
Franky (qui se hisse sur une chaise) :
Mes chers amis de l' nouvelle principauté !
Mi, j'sus incor tout paff !
mais, j'sus pô incor intronisé officiellemint que j'ai déjà l'air d'un clown ! Mais, cha fait rin ! Il faut  jomais s'prend' au sérieux, mais toudis faire les chosses sérieusemint !
Franky redescend de la chaise, s'avance avec prestance sur le devant de la scène et s'dresse au public)
Il faut y croire en notre Principauté ! Ma Belgique qu'on détricote, me fait mal à en... mourir de rire ! Et demain, la Principauté des Mountches, grâce à son autodétermination démocratique, sera le centre de l'actualité de l’ U.E.F.A. !
Louis (ému): Patronne.... Un discours parell... Cha vaut ène tournée générale !
Baptiste : Et ch'est mi qui paie !
Ernest : Te vô bin qu'tous les pochis y sont pas des Béor !!
(Tout le monde boit – On chante la chanson de la Principauté)




Citoyens du Vrai Canton,
Faites bien attention
Car i' y aura fusion
Du Bizet à là-bas TenBriel'
On va tous en être
Du tout Grand Comines
Au café
Du Mitan
Just' devant l' comptoir
Il est temps de boire
Au café
Du Mitan
Il est temps de boire
A notre santé !
Qu'on soit Mountche, Blanc Mouchon, Briqu'teux
Cominois, on sera
Et ça suffira
Les Marmousets rest'ront entre eux
Leur folklore vivra
C'est bien mieux comme ça !
En avant la Principauté
Nous, les habitants
Nous sommes bien contents
Ainsi, on en a décidé
Qu'il vaut mieux en rire
Plutôt qu'en pleurer

Julot : Et après cha... T'in r'mets ène aut'....avant qu'ça r'comminche !
Simone : Ca y est... V'là qui r'comminche !
Julot : Mais non, Simone... A ch't heure... ch'est fini !

Rideau final